Pour aller au menu des 4 grands chapitres Pour aller aux différentes rubriques du chapitre sélectionné Pour aller au texte de la page
Navigation entre les 9 rubriques du chapitre Les hommes et les femmes
Vous êtes ici : Accueil > Les travaux et les jours > Le Croult et les métiers de la rivière > Les moulins
Menu pour en savoir plus
Saint-Denis en images
Langue des signes

-----------------------------------
Histoire d'objets
-----------------------------------

Le Croult
Étoile de séparation
Les moulins et les métiers
de la rivière

Étoile de séparation
Titre et sous titre de la page ainsi que sont visuel principal
Retour vers la page précèdente
Les moulins et les métiers de la rivière


Texte de la page
Lavoirs sur le Croult, en 1883.
Lavoirs sur le Croult, en 1883.
© BNF / Cabinet des Estampes.
Vue du moulin Brise-Echalas par J.-V. Bertin, vers 1820.
Vue du moulin Brise-Echalas par J.-V. Bertin, vers 1820 (Musée d'Art et d'Histoire de Saint-Denis). © UASD / E. Jacquot.
Dès 894, le monastère possède un moulin sur le Croult. 
Pour la période médiévale, on en dénombre une dizaine. Ils se partagent l'énergie produite par une dénivellation de 4 m.
La fonction des moulins est variée. Il s'agit la plupart du temps de moulins à blé mais, dès le XVe siècle, sont également mentionnés des moulins à tan tan
------------------------------------------------------
écorce de chêne en poudre pour préparer les cuirs.
et des moulins qui actionnent soit des marteaux à fouler, soit des forces forces
------------------------------------------------------
ciseaux forgés d'une seule pièce, utilisés plus particulièrement pour tondre les moutons et les draps.
à tondre les draps.

Fouille d'un tronçon du Croult supérieur.
Fouille d'un tronçon du Croult supérieur. Au premier plan, les berges maçonnées médiévales ; au second plan, le radier de la canalisation de 1910 avec les tonneaux encastrés, destinés aux blanchisseuses. © UASD / E. Jacquot.
Foulons foulons
------------------------------------------------------
artisan qui apprête les draps pour les transformés en feutre en les compressant, les pressant.
et tanneurs exercent leurs activités jusqu'à la Révolution. À partir du XVIIIe siècle, s'y ajoutent les manufactures de teinture et d'impression sur étoffe.
En 1792, la ville compte quatre manufactures de "toiles peintes" et une fabrique à tondre et teindre les draps. Ces ateliers sont victimes d'une concurrence acharnée et de la pollution des eaux du Croult ; aussi, en 1900, n'en subsiste-t-il que trois. Ce recul est en partie relayé par l'essor de la blanchisserie, une activité caractéristique du Saint-Denis industriel. Des tonneaux encastrés à la surface des berges permettaient aux blanchisseuses de battre le linge au ras de l'eau. Ces lavoirs abrités par des appentis en bois sont habituellement associés à des séchoirs.

Fin de la page de texte
Remonter vers le haut de la page