Pour aller au menu des 4 grands chapitres Pour aller aux différentes rubriques du chapitre sélectionné Pour aller au texte de la page
Vous êtes ici : > Histoire d'objets
Planche d'images



 


Coquemar orné de 4 faisceaux et de 6 flammules.
© UASD / J. Mangin ; J. Boulanger ; Th. Sagory


Référence de l'objet : 10.250.3
Datation : début du XIVe siècle
Matériau : terre cuite
Lieu de découverte : découvert en association avec un four de potier, ZAC-RU du quartier Basilique
Dimensions : H = 17, 3 cm

Coquemar orné de quatre faisceaux et
de six flammules

Description : Produite à Saint-Denis, cette poterie a été utilisée comme matériau de construction dans les parois d'un four de potier.

Le coquemar est une forme fermée, à col court, munie d'une anse et dépourvue de bec verseur. Connu à la fin du XIIe siècle, ce récipient se développe au cours du XIIIe siècle et devient majoritaire au XIVe siècle, période à partir de laquelle ils supplantent l'oule en tant que pot à cuire. Du XIIIe au XVe siècle la forme connaît une nette évolution perceptible au niveau du col et de la lèvre, de la section de l'anse et du rapport entre les diamètres d'embouchure et de base.
Au XIIIe siècle, les coquemars sont en majorité munis d'une anse creuse et percée ; elle devient massive au XIVe siècle puis étirée en ruban et fixée à la lèvre au XVe siècle.
À la fin du XIVe siècle, plusieurs sous-types apparaissent : certains ont l'aspect de « diabolos », d'autres ont des lèvres aplaties, triangulaires, des cols convexes,...
Le coquemar, très souvent orné d'un décor peint en flammules ou en coulures (motif caractéristique des ateliers de Fosses [Val d'Oise]), n'est pas glaçuré. À partir du XVe siècle cette poterie est glaçurée, en larges aplats internes et externes. Plus qu'un décor, il faut sans doute y voir le souci d'améliorer l'entretien de ce récipient.
Remonter vers le haut de la page